mercredi, mars 03, 2010

Ethnicité zéro

Il parait qu’une ethnicité “zéro” est le but ultime des sociétés modernes. Bannir toute appartenance culturelle, religieuse, sociale… ou ethnique qui contrarierait l’image de l’Etat serait la politique à suivre. Les citoyens seraient tous identiques et aurait le même sentiment d’appartenance à la société et de solidarité vis-à-vis du prochain. L’Etat serait la référence unique, une nation réelle se constituerait et les origines ethniques diverses n’auraient plus d’importance. L’Etat serait le seul protecteur de sa nation qui, elle, à son tour, serait dévouée à défendre sa cause et à agir en bon citoyen.
La cause est respectable. Et les conséquences pratiques des plus raisonnables. Le peuple devrait être une seule entité qui partage le même objectif et qui attache la même importance, une importance hors de prix, à la souveraineté. La nation serait constituée d’êtres humains qui vivent sous la même loi et qui sont titulaires des mêmes droits. Ils ont également accès à la Justice et sont également responsables de maintenir la paix.
Dans le passé, il était possible d’affirmer, sans provoquer le moindre débat, que ce qui crée l’unité de la nation, sa solidarité, sa volonté de “vivre ensemble” et son sort commun découlent du fait que ses membres partagent la même histoire, la même langue, les mêmes origines… et souvent la même religion.
Aujourd’hui, peut-être dû au développement des transports et au rêve de vivre “là-bas” comme dirait Jean Jacques Goldman, chercher un niveau d’ethnicité “zéro” comme aiment le prétendre les politiques d’aujourd’hui relèverait d’une pure utopie. Les sociétés modernes sont un mélange ethnique des plus enrichissants. Elles portent les tenues les plus multicolores. Elles parlent des langues volées aux quatre coins du monde. Les sociétés modernes font place à toutes les religions. Et essaient tant bien que mal de maintenir la paix tout en offrant la plus belle des expériences culturelles.
Une ethnicité zéro serait rendre les gens amnésiques. Ce serait leur refuser le souvenir d’un été passé à se promener sur un port à Tunis ou le souvenir d’une douleur amere mais nécessaire provoquée par une guerre au Moyen Orient, ou le souvenir d’un bon vin du pays natal, d’une grand-mère, d’un voisin, d’une voiture pourrie, d’un amour d’enfance, d’une école catholique, d’un embouteillage insupportable, d’une vitre cassée, d’une porte grinçante, d’un cerisier des plus généreux, d’un cèdre planté à Paris, d’un chat capricieux, d’un lit tiède, chaud, de madeleines délicieuses …
Une ethnicité zéro est un mensonge qui prétend qu'on pourrait oublier ses origines et considerer son appartenance actuelle à une société moderne donnée complete, rétroactive et necessaire à maintenir la stabilité de l’Etat.
L’idée me fait rire. Mes racines ne peuvent être arrachées. Même si je le voulais. Ma langue ne peut être oubliée. Et ma religion ne changera jamais. Ceci n’empêche pas le respect des autres et le voyage culturel avec la différence.
Oui, le concept est le plus ridicule qui soit. Comme beaucoup d’autres concepts mentionnés dans les discours. Mais il ne m’inquiète pas. Parce que j’ai beau me lisser les cheveux et me faires des mèches dorées… Ils poussent noirs. Et bouclés.

4 commentaires:

Du Liban a dit…

:)

ayat_karen a dit…

:)))

hrammal a dit…

Cette fois-ci je ne suis pas "complètement" d'accord avec ta position...
ce n'est pas aussi simple que tu le penses... faut suivre les mutations au niveau du gènes, il se peut que tes cheveux poussent toujours noirs, mais attention le changement n'apparetera pas sur ta peau, le changement n'est pas visible, n'est pas aussi simple, c'est dans la tête, comme les idées, qui ne se traduisent pas forcément d'un simple click (cf. Freakonomics de S. Levitt, interessting work)... un changement = accumulation et dans le temps et dans l'espace

j'oublie pas pour terminer te félicitier pour le style, et comme j'admire ta plume...

Salutations

ayat_karen a dit…

Merci pour ton commentaire. Je suis d'accord avec toi. Mais ce texte exprime une revolte contre l'acculturation complete, une volonte de garder le Liban sur la peau, la famille dans le coeur et les valeurs libanaises bien encrees.
Merci pour avoir pris le temps de m'ecrire le message. Je suis tellement d'accord.