dimanche, août 27, 2006

Trop fragiles.


Je croyais qu’avec l’âge je serais plus forte. Que les expériences et les aventures diverses et successives m’apporteraient, en plus des ennuis bien sur, une certaine force. Cette force consiste à pouvoir gérer une situation devenue presque « normale » car vécue à l’avance, une fois au moins.

Je croyais qu’un homme avait moins besoin d’affection qu’une femme, puisque la femme se montre douce et fragile et que lui, souvent macho, semble être fort et heureux même solitaire.

Je croyais qu’à vingt ans j’étais encore un enfant. Peut-être pour justifier des comportements que je sais et veux immatures. Peut-être pour justifier des bêtises lucides qui se savent irréfléchies et coûteuses.

Je croyais qu’il fallait écouter les autres, qu’il fallait d’abord plaire à sa famille qui ne nous souhaite que le bonheur, à ses amis, compagnons fidèles, à ses voisins, juges curieux et sévères, à la société en général pour pouvoir s’y intégrer.

Je garde ses idées en suspens. En réalité, je n’ai aucune réponse et mes questions ne sont pas claires pour autant. Car j’ai vu un homme fragile, une femme très autonome.

Je croyais tout savoir et plus je cherche moins je trouve. J’attendais avec patience que le temps fasse bien les choses, qu’il m’apprenne à comprendre les autres et à mieux me connaître. Je comptais sur lui pour me le dire. Je voulais savoir si les « grandes personnes » demandent plus, moins ou différent de la vie. Mais le temps m’a donné une réponse provisoire, une réponse qui me plait mais qui me fait peur en même temps. Le temps m’a chuchoté qu’on est tous… trop fragiles.

4 commentaires:

Anonyme a dit…

je dirais qu'il faut etre plus precis quand tu parles de fragilite.
Il faut nuancer, fragile envers quoi?
Une personne peut etre fragile envers l'amour et meme temps avoir un caractere fort (experience personnelle).
Une autre personne peut etre fragile devant ses parents et le contraire dans la societe.

"Tout comme le verre qui est fragile devant le diamant et en meme temps fort contre le vent" CJA

~Chris~ a dit…

oui... bien trop fragiles... mais souvent, il ne tien qu'a nous de palier a cette fragilitée...

Anonyme a dit…

Je ne sais pas si l’on devient plus fort…je ne sais pas ce que sait qu’être fort….avec le temps, l’on acquiert de l’expérience, certes… et celle-ci peut être bénéfique… mais avant tout ne faut il pas avoir appris la leçon…
Faut il avoir peur de l’échec, sacraliser la réussite ? Mais sans échec, pas de leçon… et sans leçon pas d’expérience… la réussite, la vraie c’est celle ou l’on vit en accord avec soi-même… c’est celle ou l’on trébuche… pour se relever… ou l’on glisse, pour remonter… ou l’on pleure, pour s’esclaffer…

Ne peut-on pas être fragile et autonome à la fois ?

Fragile ? Mais qu’est ce donc que la fragilité ? Être sensible ? Émotionnel ?
Fort ? Être froid ? Cruel ? Manipulateur ? Calculateur ? Machiste ?

Je ne veux être aucun de ces deux… je veux être lui…lui qui mange quand il a faim… lui qui s’habille quand il a froid…qui pleure quand il est triste… qui sourit quand il est bien...

Lui qui fait des bêtises…bêtes… si bêtes !!! mais si lui… En sachant ou pas que ce sont des bêtises…des absurdités… de si magiques enfantillages…

Lui qui a le ventre qui se noud, le souffle coupé quand il la voit… qui a une boule dans la gorge quand elle s’en va… qui visite l’Olympe quand elle est entre ses bras…

Je crois qu’il ne faut plaire qu’à soi… n’écouter que cette petite voix au fond de toi qui te dit : j’ai envie de… Ton bonheur passe par toi… par ta propre réalisation…

Quant au diplôme, je suis tout à fait d’accord avec Chris, c’est du superflu… tu peux en acheter par paquets…

En réalité, on ne sait rien… et la seule chose qui ne change pas est que tout change…

ayat_karen a dit…

jaime bien cette phrase:
"Lui qui a le ventre qui se noud, le souffle coupé quand il la voit… qui a une boule dans la gorge quand elle s’en va" :D