mercredi, juin 14, 2006

Supporter la reussite.

J’ai eu l’occasion, dernièrement, d’observer la réussite de plusieurs personnes autour de moi. Celle-ci prenait des formes diverses. Elle se limitait tantôt à une bonne note et pouvait aller jusqu’à une excellente carrière professionnelle qui se dessinait. Définir la réussite n’a pas d’importance. Et ce n’est pas pour cela que j’en parle. Car celle-ci est subjective, elle peut concerner la vie amoureuse d’une personne, sa santé, ses relations sociales ou encore professionnelles. La réussite des autres n’est intéressante qu’au niveau de ses effets, ceux qu’elle produit chez la personne et la manière dont celle-ci affecte sa personnalite.

Pour certains, il n’est jamais question de réussite. Ce sont les éternels insatisfaits. Ceux qui réussiront toujours plus et mieux, parce qu’ils demandent toujours d’avantage. Tout le monde autour remarque leurs exploits. Et ils semblent être les seuls à ne pas s’en rendre compte. On admire leurs ambitions, leur force, leur courage. Mais on se demande parfois s’ils sont heureux.
Il y a ceux qui sont satisfaits. Ils savent évaluer leurs prestations sans se sous estimer ni se vanter. Ils représentent la catégorie intermédiaire. Les personnes « ordinaires » qui constituent la minorité et attirent le moins l’attention. On pourrait croire que tout le monde est ainsi. Mais tout le monde, souvent, n’existe pas.
Le troisième groupe est le plus intéressant. Parce que le plus pathétique. Les personnes qui en font partie croient toujours, de façon choquante et naïve, être les premières à avoir accompli tel ou tel acte. Elles ne savent pas, ou ne veulent pas admettre, qu’avant elles, et bien avant, d’autres personnes ont aussi bien – et même mieux- réussi. Elles ne comprennent pas que réussir de la sorte n’a rien d’exceptionnel et oublient que la vie est une éternelle évolution. Ces personnes-là ne supportent pas la réussite. Celle-ci dépasse leurs aptitudes et leur équilibre interne.
Je parle de cette fille qui croyait avoir impressionné le jury lors d’une interview parce qu’elle se trouvait belle, bien habillée et très cultivée. Elle en parla à tout le monde avant de recevoir les résultats… Cette même fille apprit, une semaine plus tard, qu’elle ne fut pas admise.
Je parle de cette personne trop fière d’avoir eu une bonne note et qui se laisse aller ne ressentant pas le besoin d’étudier pour les autres examens. Cette personne en parle partout, parfois trop fort, alors que tout le monde avait, comme elle, réussi.
Je parle de cet homme politique qui a toujours eu la soif du pouvoir et dont le savoir est très limité, cet homme qui est aujourd’hui bien plus sur de lui, arrogant et mal élevé car bien trop petit dans un très grand poste.

La réussite est une responsabilité. Elle est parfois difficile à supporter. Elle nécessite un minimum de modestie et une intelligence normale qui saurait la transformer en une énergie positive qui lui permettrait de résister aux atteintes diverses.
La réussite accidentelle ou passagère est un test qui a pour but d’évaluer une personne et de savoir si celle-ci mérite – ou supporte – la réussite à long terme.
La réussite appartient à tout le monde et diffère selon les objectifs de chacun.
Mais elle ne peut vivre que quand on est assez grand pour savoir la gérer. Sinon, elle nous gère. Et c’est à ce moment là qu’on échoue. Et cette fois-ci, à très long terme.

10 commentaires:

nefertari a dit…

je pense que definir la reussite est important.
la 3eme categorie, dapres moi sait quelle na pas reussi mais essaie de le cacher
la 1ere categorie ne sait pas quelle a reussi, alors elle na pas reussi.
tu oublie une 4eme categorie, ceux qui ne cherchent pas a reussir mais a etre heureux.

ayat_karen a dit…

toi tu cherches a etre heureuse en etudiant tellement?? :)

Lara a dit…

Parfois meme si on ne réussit pas,on est heureux car on est conscient qu'on a tres bien etudié.
Il suffit d'etre satisfait de nos etudes.
La reussite c'est un sentiment envers soi.
Ce n'est ni la quantité des études ni la grandeur de la note obtenue qui définissent notre reussite.
Soit on est satisfait de soi-meme,et alors on a réussi;Soit on n'est pas satisfait et donc on a échoué.
Dans la vie tout est question de SOI.

lara a dit…

Parfois même si on ne réussit pas, on est heureux car on est conscient qu'on a très bien étudié.
Il suffit d'être satisfait de nos études.
La réussite c'est un sentiment envers soi.
Ce n'est ni la quantité des études ni la grandeur de la note obtenue qui définissent notre réussite.

Soit on est satisfait de soi-même, et alors on a réussi; Soit on n'est pas satisfait et donc on a échoué.
Dans la vie tout est question de SOI.

ayat_karen a dit…

je ne suis pas daccord avec toi:
-dabord parceke les etudes ne constituent pas la reussite en general, en tout cas pas la mienne... les etudes peuvent en etre le point de depart, oui.
-Ensuite, il nest pas suffisant detre satisfait. Et dans la vie, malheureusement, ke les autres reconnaissent notre reussite est une chose necessaire. Sinon on risquerait detre "un imbecile heureux". (dslee pr lexpression :P). Ca aurait ete mieux de se suffire soi meme. Mais on vit en societe. Et le regard des autres est important. Si socialement on peut sen passer, la vie professionnelle, univ en depend.
Mais je trouve ke tu as raison qd meme, parceke pr plaire aux autres, ou pr reussir a leurs yeux, il faut en etre convaincu dabord.
peut etre quen fait, la reussite personnelle se confond av la reussite sociale.

nefertari a dit…

non la 4eme categorie c ceux ki netudies pas, nont pas dambitions et tout

lara a dit…

On ne peut jamais plaire aux autres.
Il y aurait toujours quelqu'un a qui on ne plairait pas,sinon on serait des hommes Parfaits.
C'est pour cela il faut commencer par etre satisfait de soi-meme . Tant mieux pour ceux qui seront satisfaits de moi et tanpis pour les autres.
c'est eux qui vont etre dérangés et pas moi.
Je paraitrai peut etre egoiste mais j'ai appris a vivre comme ca apres de longues experiences.
Le bonheur,le calme et la beauté interieure sont ce qui importe dans la vie,les autres ne seraient que des details moins importants.

~Chris~ a dit…

non...la 4eme catégorie a d'autre ambition...c'est celle des "imbeciles heureux", celle des poetes et des artiste, celle de gens simple, celle ou l'on se voit, tout simplement... parce que comment "classé" des gens qu'on ne connai que tres peu,si peu, finalement...

ayat_karen a dit…

Du seul fait qu'ils aient des ambitions, ils ne st plus imbeciles!
et tu as raison chris... il ne faut pas chercher a classer. On a tous, souvent, tendance a le faire. Peut-etre kon le fait justement pr comprendre, pr ke les choses soient plus claires alors ken realite on ne sait pas ce kils veulent, ces gens de la 4e categ, de la 5e ou de la 6e p-e... chaque personne forme une categorie a elle seule. On est si differents... Mais un texte qui commence par "dabord", pui "ensuite" et qui finit par "enfin" donne cette illusion de la confiance de lauteur... Mais souvent, entre le dabord (le "1") et l'enfin ("7" ou "12" peut-ettre) il ya tellement de choses qui lui echappent...

Vero Salum a dit…

Le commentaire que j'aurai à livrer ne concernera absolument pas la définition de la réussite, ni la manière dont différentes soi-disant catégories de personnes le pourraient vivre. En revanche, il me semble important de mettre le doigt sur ce qui, à mon sens, constituerait la "réussite" de ce texte:

"On pourrait croire que tout le monde est ainsi. Mais tout le monde, souvent, n’existe pas."

Cette déclaration portée jusqu'à ses conséquences les plus extrêmes, il n'est plus besoin de lire le reste.