samedi, novembre 18, 2006

L’indécis


Nous sommes souvent confrontés à une impossibilité de fait, celle de ne pouvoir saisir, des mains, du cœur et des pensées, la chose désirée. Par chose j’englobe les objets et les personnes. Cette impossibilité rend triste. Cette impossibilité rend fou. La « chose » objet du désir ne peut être enfermée. Elle ne peut être saisie pour des raisons diverses : elle glisse de nos mains, elle est immatérielle comme l’air, elle est hors portée.
Le cas ci-dessus suppose la connaissance du désir. Mais il y a pire encore : la non connaissance du désir. Il n’y a pas plus malheureux que celui qui ne sait pas ce qu’il veut. Ses goûts et ses penchants changent toutes les secondes. Il hésite, il ne sait pas ce qui lui plait vraiment, il doute de ses sentiments, il se demande s’il aime, s’il n’aime pas, s’il veut, s’il ne veut pas, s’il devrait ou s’il ne devrait pas… Le problème de l’indécis est celui de ne pouvoir déterminer avec exactitude la nature de son problème. Il traîne alors, un pas vers l’avant, deux vers l’arrière, il est là mais pas exactement là, il pense à quelqu’un d’autre, à un endroit différent, à un pays lointain, au jour qui suit… Mais il aurait été aussi perdu là-bas. Il a toujours le sentiment d’être en train de rater un évènement extraordinaire qui se déroule toujours « ailleurs ». Dans un ailleurs qu’il n’a pas encore localiser mais qu’il juge localisable.
L’homme indécis gaspille par son indécision sa vie. Il perd les heures et les minutes en pensant au temps passé et à celui qui va suivre. Le présent lui échappe et son avenir n’est jamais planifié. A force de tendre vers une chose nouvelle, future, éventuelle ou imaginaire, il n’existe jamais entièrement.
La vie ne lui offre jamais assez. Il demande plus. Il demande moins. Il demande différent. Alors il cherche. Il se montre indifférent face à l’accessible. Intéressé face à l’inaccessible. Pour lui plaire, il faut le fuir. Pour lui déplaire, il faut le suivre. Ses relations sont toujours déséquilibrées puisqu’elles sont l’application de l'un des deux modèles suivants : « je l’aime, elle ne m’aime pas », « elle m’aime, je ne l’aime pas ».
Evitez l’indécis. Il reviendra quand vous éprouverez de l’indifférence à son égard. Mais le délai se sera déjà écoulé. Il ne sera plus hésitant désormais. Mais il baignera dans ses remords et regrets.
Ne soyons pas indécis. Soyons plutôt fidèles à nos humeurs et envies. Poursuivons nos goûts et nos rêves. Considérons toute hésitation comme une réponse négative et optons pour les projets catégoriquement positifs.
Tu étais indécis. Tu es aujourd’hui catégorique. Mais il se trouve que je le suis aussi.

5 commentaires:

Paolo a dit…

Que rajouter ?
Rien, sinon bravo !
Si ce n'est pas un clou dans le bec, je ne sais pas ce que c'est... :)
Tu m'as scié !
Ciao ciao Karen, c'est du bon boulot !

Walid a dit…

Karen
I think this is one of the best articles I have read lately and deserves to be published to the public as well as to be discussed more deeply since it reflects the most important problem that people in Lebanon are facing these days. Taking a wrong decision is much better than staying undecisive especially for young people who should decide and plan their future as soon as they can.
Wishing you always the best, I would like you to write more about that topic and would be happy to discuss some related issues some day.
Best luck,

Anonyme a dit…

je vien de lire cet article. y ma fait rire. rire pck je pense ke tu es la plus indécise des personnes. ces 2 gentils garcons ki ton laissé un message on cru te comprendre, mais y n'on rien comnpri, y on cru ke tu parlé du fait d'etre indécis com un defaut. alor k'en fait tu ne fais ke parlé de toi-meme et de la plupart des gens. le fait d'etre indécis c ce ki fai toute la beauté d'une vie.
Tu le dis toi-meme : "Il se montre indifférent face à l’accessible. Intéressé face à l’inaccessible".
c l'envie d'atteindre l'inaccessible, c cette passion, c ce désir fou ki st essentiels, c bien dommage de vouloir se limiter a l'accessible!!
Inécis ou catégorique?? je préfère, de loin, etre indécis. Choisir une catégorie, c se priver du plaisir de découvrir tout le bohneur ke peu en procurer une autre.

ayat_karen a dit…

Tu as raison dun cote. tort dun autre.
Tu as raison: je suis souvent indecise.
Tort: je ne trouve pas que cest une qualite.
Je parle de lindecision comme defaut. Parceque quand on est indecis on napprecie meme pas la chose presente car lon pense deja a celle future.
on ne sennuie pas delle. car on ne laime pas des le depart.
Cest triste et dangereux detre sans cesse indecis.
Il faut choisir une categorie pour un certain temps et ENSUITE la laisser tomber pour la decouverte dun autre bonheur. Ce bonheur nouveau sera une nvelle categorie aussi. Lindecision prive de tous ces bonheurs...

Dans mon texte je parlais de moi, indecise. Mais je parlais aussi dune personne que je connais. Une personne indecise par excellence qui entre et sort sans cesse de ma vie par indecision.

Je parle de nous tous en fait. Je ne connais pas de personne "categoriquement categorique". :) Dommage? Heureusement? Je ne sais pas... Jai peur detre lobjet laisse. Mais jaime etre le nouvel objet de bonheur.
Encore une fois un sujet complexe que je ne sais pas fermer...
Bisous

Anonyme a dit…

oui, mais en fait ki a vraiment le pouvoir de décider?
as-tu vraiment pris dans ta vie une décision en toute liberté, en parfait accord avec cke tu ressen?
et si c arrivé, je pense k'au bout d'un certain tps, tu t rendu compte ke ce n'était pas la meilleure a prendre. k'une autre pouvait te rendre plus heureuse. et kan tu le decouvre, il est bien tro tard, ou pire encore tu n'a plus la volonté ni le courage de la prendre.